1 Foulard / 1 livre : pourquoi j'ai choisi Cent ans de solitude !

Comment c'est fait ? Daily Bleu tango La petite histoire d'un produit Motifs exclusifs Nouvelle collection

Comme il est difficile de choisir seulement sept livres pour une collection ! Tant de livres qui comptent pour moi j’ai du laisser de côté ! Aussi éprouvante que fut cette sélection pour mes nerfs de lectrice, un livre n’a jamais été mis sur la sellette, j’étais sûre de ce choix à cent pour cent : Cent ans de solitude. Ce roman - que dis-je, cette épopée ! -  est pour moi un chef d’œuvre du XXème siècle…

Ce roman colombien raconte l'histoire du village de Macondo et de ses habitants, en suivant plusieurs générations. Et tout est TROP chez Gabriel Garcia Marquez : les hommes vivent plusieurs siècles, font face à d'innombrables fléaux et épreuves, avec poésie et espoir. Tels des Ulysses modernes, rien ne leur ait épargné : la condition humaine y est racontée avec un immense humour, un souffle romanesque puissant, et ce style inimitable, qui vaudront à Gabriel Garcia Marquez le prix Nobel de littérature en 1982. Toute la folie surréaliste de l'Amérique du Sud est contenue dans ce roman, ainsi que la générosité fantasque de l'auteur. À LIRE OU À REDÉCOUVRIR !

Pourquoi j'ai choisi ce passage à calligraphier sur mon foulard ?

ll fut également facile de choisir quel passage du roman je voulais écrire sur mon foulard : J’ai choisi l’extrait où la maladie du sommeil atteint le village de Macondo. Cette maladie les empêche d’abord de dormir, les plongeant d’abord dans « un état de lucidité effrayante et d’hallucination » puis se transforme petit à petit en maladie de l’oubli. Un village entier commence à oublier les mots… 

Pour lutter contre l’amnésie, les habitants se mettent à marquer chaque chose à son nom : sur la table, ils inscrivent « table », sur la chaise, ils badigeonnent à l’encre « chaise », sur la vache, ils écrivent « vache ». Et puis la maladie progressant, il leur faut un jour se souvenir à quoi servent les choses : sur la vache ils suspendent un écriteau « Voici la vache, il faut la traire tous les matins pour qu’elle produise du lait et le lait, il faut le faire bouillir pour le mélanger avec du café et obtenir du café au lait. »

Mais la maladie ne cessant jamais de progresser, quand ils oublieront l’écriture, ils sombreront tout à fait. Les habitants du village commencent petit à petit à accepter leur sort, à vivre dans une réalité fuyante, car « pareil système exigeait tant de vigilance et de force de caractère que bon nombre de gens succombèrent au charme d’une réalité imaginaire sécrétée par eux-mêmes, qui s’avérait moins pratique à l’usage mais plus réconfortante. »

Cet extrait m’a toujours fasciné car il raconte comment une communauté s’enfonce dans la passivité, renonce à la réalité par confort. Gabriel Garcia Marquez nous rappelle comment une société s’endort, devient passive face aux fascismes, dictatures et populismes de toutes sortes, comme il est facile de glisser vers un monde confortable mais coupé du réel. Gabriel Garcia Marquez qualifie d’ailleurs cette maladie de « peste »… ! « Si efficace fut la quarantaine que vint le jour où l'état d'urgence fut considéré comme une chose toute naturelle. »

À l’heure des fake news et d’un retour inquiétant des populismes dans le monde, la leçon du village de Macondo nous rappelle de rester toujours éveillés et en alerte, des citoyens conscients et actifs.

L'extrait du roman : deux pages magiques


Les enfants aussi sont restés éveillés, fit remarquer l'Indienne avec son fatalisme inébranlable. Quand elle entre quelque part, personne n'échappe à la peste. Ils avaient effectivement contracté la maladie de l'insomnie.
Ursula, qui avait appris de sa mère les vertus médicinales des plantes, prépara et fit boire à chacun un breuvage à base d'aconit, mais ils ne trouvèrent pas le sommeil pour autant et passèrent la journée à rêver tout éveillés. 
Dans cet état de lucidité effrayante et d'hallucination, non seulement ils voyaient les images qui composaient leurs propres rêves, mais chacun voyait en même temps les images rêvées par les autres. 

C'était comme si la maison s'était remplie de visiteurs. Assise dans son fauteuil à bascule dans un coin de la cuisine, Rebecca rêva d'un homme qui lui ressemblait beaucoup, habillé de toile blanche, le col de sa chemise fermé par un bouton en or, et qui venait lui apporter un bouquet de roses. Il était accompagné d'une femme aux mains délicates qui prit une rose et la mit dans les cheveux de la fillette. Ursula comprit que cet homme et cette femme n'étaient autres que les parents de Rebecca mais, bien qu'elle fit effort pour les reconnaître, cette vision confirma sa certitude de ne les avoir jamais rencontrés. 

Cependant, par une négligence coupable que José Arcadio Buendia ne se pardonna jamais, les petits animaux en caramel continuaient à se vendre de par le village. Les adultes comme les enfants suçaient avec ravissement les délicieux coquelets verts de l’insomnie, les exquis poissons roses de l'insomnie et les tendres petits chevaux jaunes de l'insomnie, si bien que l'aube du lundi surprit tout le village éveillé. 

Au début, personne ne s'inquiéta. 
Au contraire, tout le monde se félicitait de ne point dormir car il y avait tant à faire alors à Macondo que les journées paraissaient toujours trop courtes. Les gens travaillèrent tellement qu'il n'y eut bientôt plus rien à faire et ils se retrouvèrent les bras croisés à trois heures du matin, à compter les notes de musique de la valse des horloges. 

Ceux qui voulaient dormir, non parce qu’ils étaient fatigués mais pour pouvoir rêver à nouveau, eurent recours à toutes sortes de méthodes épuisantes. Ils se réunissaient pour converser sans trêve, se répétant pendant des heures et des heures les mêmes blagues, compliquant jusqu'aux limites de l'exaspération l'histoire du coq chapon, qui était un jeu sans fin où le narrateur demandait si on voulait bien qu'il raconte l'histoire du coq chapon, et si on répondait oui, le narrateur disait qu'il n'avait pas demandé qu'on lui dise oui, mais si on voulait bien qu’il raconte l'histoire du coq chapon, et quand on répondait non, le narrateur disait qu'il n'avait pas demandé qu’on lui dise non, mais si on voulait bien qu'il raconte l’histoire du coq chapon, et si tout le monde se taisait, le narrateur disait qu’il n'avait demandé à personne de se taire, mais si on voulait bien qu'il raconte l'histoire du coq chapon, et nul ne pouvait s'en aller parce que le narrateur disait qu’il n’avait demandé de partir à aucun, mais si on voulait bien qu’il raconte l’histoire du coq chapon, et ainsi de suite, en un cercle vicieux qui pouvait durer des nuits entières.

 

Lorsque José Arcadio Buendia se rendit compte que la peste avait envahi le village, il réunit les chefs de famille pour leur expliquer ce que lui-même connaissait de la maladie de l'insomnie, et l'on prit des mesures afin d’éviter que le fléau ne se répandît parmi les autres hameaux du marigot. (…) Aussi bien la peste demeura-t-elle circonscrite dans le périmètre du village. Si efficace fut la quarantaine que vint le jour où l'état d'urgence fut considéré comme une chose toute naturelle ; la vie s'organisa de telle manière que le travail reprit son rythme et personne ne s'inquiéta plus de l’inutile coutume qui voulait qu'on dormît. 

Ce fut Aureliano qui conçut la formule grâce à laquelle ils allaient se défendre pendant des mois contre les pertes de mémoire. Il la découvrit par hasard. Expert en insomnie puisqu'il avait été l'un des premiers atteints, il avait appris à la perfection l'art de l'orfèvrerie. 

Un jour, en cherchant la petite enclume qui lui servait à laminer les métaux, il ne se souvint plus de son nom. Son père le lui dit: «C'est un tas.» Aureliano écrivit le nom sur un morceau de papier qu'il colla à la base de la petite enclume: tas. Ainsi fut-il sûr de ne pas l'oublier à l'avenir. Il ne lui vint pas à l' idée que ce fût là un premier symptôme d'amnésie, parce que l'objet en question avait un nom facile à oublier. Pourtant, quelques jours plus tard, il s’aperçut qu'il éprouvait de la difficulté à se rappeler presque tous les objets du laboratoire. Alors il nota sur chacun d’eux leur nom respectif, de sorte qu'il lui suffirait de lire l’inscription pour pouvoir les identifier. 

Quand son père lui fit part de son inquiétude parce qu'il avait oublié jusqu’aux événements les plus marquants de son enfance, Aureliano lui expliqua sa méthode et José Arcadio Buendia la mit en pratique dans toute la maisonnée, et l'imposa plus tard à l'ensemble du village. Avec un badigeon trempé dans l'encre, il marqua chaque chose à son nom: table, chaise, horloge, porte, mur, lit, casserole. Il se rendit dans l’enclos et marqua les animaux comme les plantes : vache, bouc, cochon, poule, manioc, malanga, bananier. Peu à peu, étudiant les infinies ressources de l'oubli , il se rendit compte que le jour pourrait bien arriver où l'on reconnaîtrait chaque chose grâce à son inscription, mais où l'on ne se souviendrait plus de son usage.

Il se fit alors plus explicite. L'écriteau qu'il suspendit au garrot de la vache fut un modèle de la manière dont les gens de Macondo entendaient lutter contre l'oubli: Voici la vache, il faut la traire tous les matins pour qu'elle produise du lait et le lait, il faut le faire bouillir pour le mélanger avec du café et obtenir du café au lait. Ainsi continuèrent-ils à vivre dans une réalité fuyante, momentanément retenue captive par les mots, mais qui ne manquerait pas de leur échapper sans retour dès qu'ils oublieraient le sens même de l’écriture.

À l'entrée du chemin du marigot, on avait planté une pancarte portant le nom de Macondo et, dans la rue principale, une autre proclamant : Dieu existe. Pas une maison où l'on n'eût écrit ce qu'il fallait pour fixer dans la mémoire chaque chose, chaque sentiment. Mais pareil système exigeait tant de vigilance et de force de caractère que bon nombre de gens succombèrent au charme d’une réalité imaginaire sécrétée par eux-mêmes, qui s’avérait moins pratique à l'usage mais plus réconfortante.
 

Cent ans de Solitude, Gabriel Garcia Marquez, 1967

 

 

 
UN FOULARD / 1 LIVRE

Des étoles de soie pour s'enrouler autour du cou les textes d'Aragon, Dumas, Sagan, Duras...


✔ Pour toujours avoir à porter de cou un texte de qualité à lire dans les transports en commun et salles d'attente en tout genre

✔ Pour Noël, sous nos sapins (On est sympa chez Bleu tango, et hop, aucun nœud au cerveau pour les cadeaux cette année, on offre des livres-à-porter, à lire ou à relire...

✔ Chaque foulard est emballé dans sa couverture de livre, dessinée à l'aquarelle par Lou et accompagnée de son bandeau façon rentrée littéraire.

✔ Foulard en coton et soie - 130 x 49 cm - 75€

✔  Chaque foulard est créé en série limitée à 30 exemplaires numérotés. Les précommandes sont ouvertes à partir du 1er novembre (une date formidable : Lou fête ses 30 ans ce jour-là ! ) pour une livraison à partir du 15 novembre ! À vos clics, il n' y en aura pas un de plus !
       
LA BIBLIOTHÈQUE DE LOU / SAISON 1

Tous les titres de la collection

Cent ans de solitude

Gabriel Garcia Marquez 

L'île au trésor

Robert Louis Stevenson 

Le joueur d'échecs

Stefan Sweig 

Bonjour tristesse

Françoise Sagan

Un barrage contre le pacifique

Marguerite Duras 

Le roman inachevé

Aragon (Est-ce ainsi que les hommes vivent ?) 

Le comte de Monte-Cristo

Alexandre Dumas

Je veux 1 foulard / 1 livre !
La collection 1 foulard / 1 livre est disponible sur l'e-shop Bleu tango
et à l'atelier-boutique, au 47 ter rue d'Orsel, 75018 Paris (mardi-samedi 11h-19h et dimanche 15h-19h)

 

Vous l'avez compris, Lou vous recommande chaleureusement la lecture ou la redécouverte de Cent ans de solitude ! On a hâte d'avoir votre avis ! 
À bientôt chez Bleu tango !



Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés